K comme Kermoroc’h

C’est dans les années 1780‑1800 que les Offret (branche familiale maternelle voir : ICI) quittèrent Brélidy pour s’établir à cinq kilomètres plus au sud, à Kermoroch.

Kermoroc’h vient probablement du breton “ker” (village) et “morech” ou “moroc’h”, nom de famille. Saint Morioc (ou Turiec) était fils de Léomanic, soeur de saint Patrice : il fut évêque d’Inis-Valaing et l’un des apôtres que la Bretagne envoya en Irlande. Kermoroc’h pourrait bien lui devoir son nom.

Kermoroc’h : l’église l’ossuaire de Kermoroc’h

Editions Mesny (Loïc); Licence CC-BY-NC-ND

Extrait de doléances, plaintes et remontrances de la trêve de Kermoroch, paroisse de Squiffiec, évêché de Tréguier :

Au moment de la Révolution Kermoroc’h dépendait du doyenné de Bégard.

Procès‑verbal de l’assemblée électorale : le 1er avril 1789, à 8 heures du matin, dans le lieu ordinaire des délibérations. comparaissent : Pierre Querello ; François Lauraine ; Guillaume Henry ; Pierre Le Barzic ; François Raoul fils Marc ; Philippe Marteville ; Philippe Duedal ; Claude 0llivier ; Jean-Marie Legal ; Mathurin Lebarzic ; Joseph Leparquer ; François Raoul fils Jean ; Yves Raoul ; François Le Bail ; François  Kerfaut; Claude Le Bail ; François Raoul fils Guy ; Marc Henry ; Louis Henry ; Gilles Lebarzic ; Maurice Derrieunic ; Yves Jacquier ; Louis Legrand ; Guillaume Raoul, fabrique ; Yves Merrien ; René Turquet; Offret, commis ; Marchery. — Député : Louis Legrand.

« Quel est ce tumulte, cette émotion générale dans toute l’étendue du royaume de France, mais particulièrement dans la classe si ignorée et si refoulée que celle des paysans, à laquelle on pourrait donner à juste propos le titre d’esclave, gémissant au fond des campagnes ? Y aurait-il à craindre que les entreprises de Sa Majesté et de la sagesse auraient pour rôle de perpétuer notre esclavage et servitude ? Non, sans doute ; l’inspiration divine paraît se joindre à la sagesse et présider aux dévouements que Sa Majesté fait sentir n’être fondés que sur la justice, puisque Son Altesse se soumet à un tel degré d’humilité que de recevoir agréablement, et avec protestation d’y avoir égard, les plaintes, doléances, et même les avis des plus simples sujets ; nous tâcherons donc de mettre devant les yeux de sa justice les forces de la distribution des impôts qui nous revient, et que nous payons toujours avec soumission à Sa Majestés, les charges seigneuriales et féodales qui nous accablent. »

La suite : http://www.infobretagne.com/kermoroch-cahier-doleances.htm

Quelques sites à visiter à Kermoloc’h

Puits à balancier à Kermoroc’h

Vers 1846, plusieurs cultivateurs de la région, sous la conduite de M. Le Brigant, ancien maire de St Laurent, partent s’installer en Algérie. Leur voyage est un échec et plusieurs d’entre eux reviennent au pays. C’est de cette époque que remonte ce puits à balancier, que l’on appelle d’ailleurs localement « le shadouf ». Plusieurs puits de ce type existaient aux alentours. Un seul autre spécimen est encore conservé, que l’on peut toujours voir dans la cour d’une ferme de Brélidy.

 

 

 

 

Calvaire de la chapelle Saint-Louis de Langouérat

licence libre Creative Commons

Cette chapelle en ruines que l’on doit aux seigneurs du Perrier date du 14ème siècle puis agrandie et restaurée au 15ème et 17ème siècle. Elle se trouve au village de Langouérat et semble avoir été jadis l’église paroissiale de ce lieu. Le vocable de Saint‑Louis est probable dut au fait que les seigneurs du Perrier étaient du parti français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *