Nicolas AVELANGE (1789 – ?) sabotier à Haraucourt (08)

Encore au Siècle des Lumières, des sabotiers travaillaient au sein des forêts à proximité des coupes et vivent dans des huttes ou loges où étaient installés leurs modestes ateliers. Ces cabanes rudimentaires disposaient d’ouvertures au sommet pour l’évacuation de la fumée. Cette industrie forestière disparût progressivement avec le désenclavement routier : les sabotiers s’installant alors dans les villages voisins ou migrant vers les villes.

Dans les Ardennes, la fabrication de sabots commença au début du 19e siècle, initiée très probablement par des déserteurs français fuyant la conscription napoléonienne. Le sabot connaîtra une période faste jusqu’à la Grande Guerre. Puis le déclin commença à s’amorcer. En 1950, l’usage du tracteur pour lequel les bottes sont plus pratiques donnera le coup de grâce aux sabotiers.

Pour la suite Cliquer ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *